Jeudi 30 décembre 2010 — Dernier ajout mercredi 22 février 2012

Témoignages sur les « missions »

1986-1992 : « Préparez les chemins du Seigneur ! »

Phrase célèbre de Jean-Baptiste et parole fondatrice de la fraternité : « préparez les chemins du Seigneur ! » L’histoire de la fraternité est passée par ce feu du Baptiste où nous partions évangéliser dans les rues, sur les plages, où nous frappions aux portes des maisons pour préparer les chemins du baptiste. Notre adolescence et jeunesse a été marquée par tous ces paris un peu fous, ces idées osées, culottées que rien n’arrêtaient… et nous étions heureux de le faire ! Notre jeunesse a passé, mais le désir de préparer les chemins du Seigneur est toujours là ! il s’exprime simplement autrement… nous sommes aujourd’hui des familles, avons des enfants, nous sommes chacun investis dans la société avec des places plus ou moins visibles, et c’est dans notre quotidien, dans nos rencontres, dans le travail qui nous est confié que notre attachement au Baptiste s’exprime… et c’est dans ce quotidien, par notre manière de vivre que nous préparons le chemin du Seigneur… Christine


Je me souviens de ces échanges avec des jeunes qui se trouvaient « loin de la foi », à l’issue des spectacles et veillées prières que nous organisions l’été dans des lieux touristiques. Le plus souvent, ce qui les avaient frappé, ce n’était pas tel chant, tel sketch ou telle prière, mais la façon dont nous étions ensemble. C’était un peu comme dans le texte biblique qui dit « voyez comme ils s’aiment, comme ils sont heureux : l’Esprit du Seigneur habite en eux » (passage biblique) Notre amour fraternel témoignait bien plus que tout ce que nous avions préparé. SG


J’ai été très marqué par ce pèlerinage que nous avons fait en Israël en juillet 1986.

Nous retrouver sur les lieux même où s’est déroulée l’Histoire du peuple des Hébreux, sur les lieux où le Christ est venu, a enseigné, a guéri, nous a donné sa vie, a envoyé l’Esprit Saint…

A chaque endroit marquant de l’Ancien et du Nouveau Testament, nous nous sommes arrêtés, avons lu le passage biblique concerné et reçu un enseignement qui a souvent été suivi d’un temps de prière et de méditation silencieuses.

Nous avions l’impression de vivre les événements en direct, de les voir se dérouler devant nous. Nous pouvions mieux mesurer leur enjeu, comprendre comment s’écrivait l’Histoire du Salut à travers eux.

Comment ne pas faire le lien avec notre vie, notre relation avec Dieu, la façon dont nous vivions dans l’esprit du Royaume des Cieux…

Je me souviendrai de cette veillée de prière au bord du lac de Thibériade, où l’un d’entre nous venait de prier en disant : « à travers ce que nous vivons, Seigneur, montre nous ta beauté ». Une énorme étoile filante a alors traversé le ciel au dessus du lac.

Stéphane


Ce que la Frat a été pour moi, c’est surtout un groupe d’amis, de très bons amis avec qui je pouvais partager ma foi, d’autres avec qui je me sentais bien , en paix avec moi-même et ma foi dans la période plutôt chaotique de l’adolescence , auprès duquel je trouvais une certaine reconnaissance avec ceux avec qui je partageais quelque chose d’essentiel pour moi. De plus, j’y trouvais une aide dans la prière notamment dans la prière de Charles de Foucaud et ce lien invisible que cela a créé entre nous. J’ai aussi particulièrement aimé nos projets un peu fou, que nous menions au bout sans « adulte », mais sous le regard de Dieu, notre grande joie à nous retrouver …

Anne B.