Jeudi 30 décembre 2010 — Dernier ajout mercredi 11 avril 2012

Nay : témoignages

Durant cette année de fête des 25 ans de la Fraternité, ses membres et amis sont invités à apporter leurs témoignages sur ce qu’a été cette période, ce qui les a marqués, ce qui a compté voire qui compte toujours pour eux aujourd’hui dans leur vie.

De nouveaux articles en perspectives…

La communauté des Béatitudes a été une vraie grâce pour nous ! elle a été le berceau qui a alimenté notre foi, a enrichi notre amour et vie fraternelle, nous a donné le goût du don et le désir de sans cesse chercher …


Parler des camps à Nay, c’est pour moi des souvenirs chargés de beaucoup d’émotions liées à l’adolescence.

Quand on parle des camps à Nay, je peux dire « j’y étais ! » et certainement avec un peu de fierté je peux dire que j’étais la première !…en 1981… nous étions 15, j’avais 13 ans et parmi ces 15, Rodolphe…qui a eu du mal à se détacher de moi !!!

les camps à Nay, c’est pour moi une période pleine d’enthousiasme, de générosité, d’insouciance, de folie en Dieu (rien ne nous faisait peur), de rires, de jeux…le temps me durait entre 2 camps. Nous partions évangéliser sur les chemins, allant nettoyer les sanctuaires à la croisée des chemins, chantant comme des illuminés (que nous étions !) - je peux vraiment dire que nous étions heureux ! c’est aussi une période où des personnes m’ont marquée… un frère Joël avec la sculpture de ses chapelets et son côté un peu « sauvage », le Zu qui était pour moi un éducateur, le Père Justin qui nous emmenait voir les marmottes à la montagne (il est encore vivant 87 ans et je vais encore le voir quand je descends à Nay…c’est le même, on ne dirait même pas qu’il a vieilli !) , Jean-Claude qui me faisait « un peu peur », mais qui m’a apporté le goût de la parole de Dieu Il est étonnant lorsque je retourne à Nay - alors que tant de choses ont évolué - de me sentir bien dans ses murs…des murs qui me chuchotent tant de souvenirs, d’odeurs, de sons… Merci à tous ceux qui ont été à l’initiative de ces camps de m’avoir permis de vivre une période si enthousiaste et si généreuse…j’y ai puisé pour l’avenir ! Christine


Je me souviens très bien ce monastère saint Dominique, magnifique, bien entretenu et très accueillant, des offices à la chapelle : très beaux chants, exhortations qui donnaient envie d’être « tout à Dieu » et de son Esprit, célébrations dans lesquelles on sentait que Dieu était là, et était aimé… J’ai été touché par les temps de prière passé pour chacun de nous qui avions confié nos intentions, ainsi que par les témoignages de personnes qui vivaient loin de Dieu, parfois dans des situations destructrices, et dont la vie a été transfigurée par la découverte de Dieu à travers la Bible, les frères… Stéphane.


Au programme des camps de Nay, figuraient des « enseignements » sur les textes bibliques.

Comment les frères et les soeurs de la Communauté des Béatitudes arrivaient-ils à retenir notre attention ?

Tout simplement peut-être par :

leur attitude : ils parlaient de la bible comme on parle d’un trésor ; une explication simple sur la manière dont elle annonce la venue du Sauveur, avec toutes ses promesses pour l’humanité, pour chacun d’entre nous… leurs témoignages sur la façon dont elle les avait eux-mêmes touchés, interpellés, conduits, sortis, pour certains, d’une vie de galère… ; l’invitation qu’ils nous ont faite à expérimenter la rencontre de Dieu à travers la méditation de versets dans une prière silencieuse… C’est aussi lors de ces séjours que j’ai découvert que la science essayait de trouver comment les choses s’étaient faites, alors que la Bible nous disait pourquoi elles avaient été créées.

Méditer un verset le matin a bien vite donné un autre sens à toute ma journée. Stéphane