Textes extraits de
Dimanche 18 mai 2008 — Dernier ajout mercredi 11 mai 2011

« Parlez-nous de Dieu »

Du Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus
Retour Sommaire

Découvrir la présence de Dieu.

Une chose ne peut exister que par une action créatrice, continuelle de Dieu, sinon elle tomberait dans le néant.

Que fait Dieu quand il crée ? Il fait arriver à l’existence quelque chose qui n’existait pas. De même quand il maintient à l’existence, Il le fait par une action personnelle directe.

Pour créer, Dieu a besoin d’être là. Pour maintenir à l’existence, il faut sa puissance. Sa présence est nécessaire à la conservation de tous les êtres (la table, le bois de la table…) Il y a toujours une présence de Dieu dans tous les êtres qui existent.

Dieu conserve dans l’existence Et il fait agir les êtres selon leur nature.

Observez Dans l’arbre, il y a la vie. L’arbre grandit parce qu’il y a en lui la vie, La sève qui monte et descend. Cette action naturelle par laquelle l’arbre grandit exige un capital de force, De vie, De présence de Dieu.

De même, la vie de l’animal n’exclut pas Dieu. L’animal utilise le capital de force, De vie qui est en lui. L’être va se développer suivant les lois providentielles divines.

Dieu a mis de l’ordre dans la création par des lois insérées dans la vie des êtres.

Nous-même, nous avons été créés, nous n’avons pas seulement une vie animale, nous avons une vie de l’âme, faite par Dieu.

Notre âme est conservée par Dieu, notre âme est pleine de Dieu, Il y a en elle la présence de Dieu. Quand nous agissons avec les facultés de l’âme, nous utilisons le capital force qui est en elle et qui exige la présence de Dieu. Si on supprimait cette présence de Dieu, l’âme tomberait dans le néant…

Dieu pénètre tous les êtres. Il y a une présence de Dieu qui est une présence de l’Esprit Saint, de la puissance créatrice.

Cette présence de l’Esprit Saint que nous trouvons dans toute la création, nous la trouvons spécialement dans notre âme. Que fait-il ? Il y fait une œuvre merveilleuse. L’Esprit Saint nous donne la grâce qui est une participation à la vie de Dieu, qui est comme lui, aussi mystérieuse que lui, qui nous faits enfants de Dieu. La grâce nous donne le droit d’avoir des relations avec Dieu.

Voilà l’exercice fondamental de la vie chrétienne : Saisir Dieu partout où il est, ouvrir le regard de son âme, de sa foi, partout où il est !

Retour Sommaire

Quelle est la disposition fondamentale de la vie spirituelle ?

La première disposition est de s’offrir à Dieu. C’est la disposition fondamentale. Se donner, ce n’est pas la destruction mais la désappropriation de soi pour que Dieu soit le Maître et puisse faire ce qu’il veut.

Comment se livrer à lui ? En le laissant entrer dans notre vie, en reconnaissant son souverain domaine pour nous, son souverain domaine sur nous, en reconnaissant que la présence de Dieu, que la présence de Dieu en nous est la grande réalité, que nous, nous sommes aussi des réalités non secondaires, mais que la grande réalité, c’est Dieu !

Il est l’Etre par excellence, l’Amour Infini, Notre devoir est de lui laisser faire sa volonté.

Ce don est l’attitude normale, essentielle du chrétien. C’est l’attitude d’humilité devant le Dieu vivant. Ce n’est pas seulement l’attitude de l’intelligence qui s’humilie, mais

celle de la disponibilité. Dieu est le Maître absolu, il a le droit de commander, de m’imposer sa lumière, sa volonté, il a le droit de disposer de ma vie, de mes facultés, de tout moi-même, il a le droit de faire ce qu’il veut.

Il faut arriver à cette disponibilité de fond, C’est l’attitude de la perfection, L’attitude simple de la créature. Quelle est l’attitude du serviteur ?

Elle est exprimée par cette question : « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? »

C’est l’attitude de la disponibilité.

Retour Sommaire

Quelle est la part la plus importante dans la prière ?

La vie spirituelle comporte un double mouvement : Il faut agir, Il faut laisser agir Dieu ! Le deuxième mouvement est le plus important !

Au début, Dieu est en nous comme un serviteur : c’est nous qui agissons, il nous laisse libres. Ce Dieu vivant, qui est intelligent, se plie à notre désir.

Peu à peu, à mesure que nous connaissons ce qu’il veut et ce qu’il est, nous lui laissons la prédominance, nous le laissons agir. Quand il nous saisit encore plus, on comprend qu’il fait tout.

Retour Sommaire

Quel est le rôle de l’Esprit Saint dans la prière ?

La vie spirituelle est faite de deux activités :

  • celle de notre grâce,
  • celle de l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint, qui est dans notre âme, fait oraison avec nous.

Quand nous faisons oraison, nous sommes deux : L’Esprit Saint et nous.

C’est lui que nous devons invoquer au début de notre oraison pour qu’il nous guide et supplée à nos déficiences, pour que, progressivement, nous lui donnions obéissance, docilité et même passivité.

L’oraison doit nous mettre sous l’action de cet Esprit, nous donner l’intimité avec l’Esprit.

Pendant votre oraison, Contentez-vous de faire des actes de Foi en la Personne de l’Esprit Saint.

Mais je n’arrive pas à le trouver ! Il faut lui dire :

Ayez pitié de moi… Puisque vous êtes l’Amour, Vous ne pouvez pas faire autrement que m’aimer…

Celui qui prie bien recueille le souffle de l’Esprit, le mouvement de l’Esprit.

Il faudrait que nous soyons toujours à soupirer après l’Esprit Saint pour lui demander de l’Amour.

C’est la prière à faire continuellement ! La récompense qu’il faut demander à l’Esprit Saint : De l’Amour… Toujours de l’amour. « Augmentez mon amour ! »

Il répond d’autant plus volontiers qu’il est l’Amour substantiel, il n’a pas d’effort à faire ! Il n’y a qu’à le toucher, Et on flambe !

Il est vivant dans notre âme, il faut nous approcher de lui : « Je voudrais bien vous toucher pour brûler vraiment » !

Ce n’est pas le feu que l’on sent qui est le véritable. Le feu véritable,

C’est l’Amour que l’Esprit Saint nous donne, la charité surnaturelle.

Le grand don du Saint Esprit, c’est l’Esprit saint lui-même.

Retour Sommaire

Quel est le secret de la vie spirituelle ?

C’est le secret de Dieu-Amour, Le secret de la vie trinitaire de Dieu, dans ses rapports avec les hommes.

L’Amour de Dieu est infini, Il trouve sa joie, sa gloire à se donner. Le grand bonheur de Dieu, C’est de donner son amour. C’est dans le don que Dieu trouve sa joie, Et sa joie est à la mesure de la gratuité du don.

C’est le mystère de la miséricorde qui nous déconcerte. C’est cette loi de la miséricorde qu’à découverte Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus.

Elle disait : « Comme la Miséricorde est peu connue ! on va trouver le bon Dieu avec ses mérites, avec ses comptes en règle… on réclame ses droits de justice… vous aviez fait appel à la miséricorde ! »

Elle dit : « Je voudrais faire comprendre cela aux âmes… »

Ceci est extrêmement important pour notre vie spirituelle. Le royaume de Dieu est pour les enfants, le royaume de Dieu est pour les simples et les petits, le royaume de Dieu est pour les pauvres.

Le jour où nous serons pauvres et petits, où nous ne ferons appel qu’à la miséricorde de Dieu, à ce moment-là, nous serons des saints !

La sainteté n’est pas notre œuvre, La sainteté n’est pas faite de nos vertus… La sainteté est faite du don de Dieu dans nos âmes.

C’est la loi de la miséricorde qui nous fait pénétrer dans les profondeurs, dans les exigences de l’Amour de Dieu. Cette vérité n’est pas réservée à quelques-uns, c’est une vérité pour tous les chrétiens, une loi dont nous devons vivre.

Il faut qu’elle nous pénètre véritablement, qu’elle requière nos attitudes pour que notre plénitude de grâce et d’amour de Dieu soit aussi large, aussi vaste que le Bon Dieu le désire pour chacun de nous.

Retour Sommaire