Es-tu celui qui doit venir ? (Mat. 11,3)
Vendredi 10 décembre 2010 — Dernier ajout mardi 18 janvier 2011

Avent, Noël

du 28 novembre au 8 janvier 2011

Vivons ce temps de l’Avent qui nous prépare à Noël, jour de la naissance de Jésus, avec Saint Jean-Baptiste…

Versets de référence : les évangiles des 2e et 3e dimanches de l’Avent

  • Jean 1,6-8 : « il y eut un homme, envoyé de Dieu, son nom était Jean. Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui. Il n’était pas la lumière mais il devait rendre témoignage à la lumière. »
  • Luc 1,16-17 : « Il ramènera beaucoup de fils d’Israël au Seigneur leur Dieu ; et il marchera par devant sous le regard de Dieu, avec l’esprit et la puissance d’Elie, pour ramener le cœur des pères vers leurs enfants et conduire les rebelles à penser comme les justes afin de former pour le Seigneur un peuple préparé. » (annonce de la naissance de Jean-Baptiste à son Père Zacharie)
  • Jean 1,30 : « Après moi vient un homme qui m’a devancé parce qu’avant moi il était »

Aspect de la vie de saint Jean-Baptiste

Arrêtons-nous sur Jean au désert, qui se prépare à sa mission, qui prépare le peuple à recevoir Jésus. L’ardent guetteur de l’aube.

Extraits du livre de Daniel-Ange : « Jean, c’est le paroxysme de l’attente qui palpite d’un bout à l’autre de la Première Alliance », « En Jean, Dieu prépare son peuple à tout ce qui va lui être révélé. Au désert, Dieu élargit, dilate le cœur de Jean à l’infini, pour recueillir ainsi toute l’attente de l’humanité. »

Jean-Baptiste vit au désert dès sa jeunesse : il y médite beaucoup les Prophètes, surtout les derniers, les messianiques, ceux qui annoncent de plus en plus explicitement le Christ. C’est par leurs paroles vibrantes d’amour, de désir, d’appels pressants au peuple à se convertir qu’il va se former lui-même. Au désert, seul avec le Seul. Expérience de vie radicale, qui manifeste un grand désir d’union à Dieu. Avec et comme Jean, nourrissons notre attente par la Parole de Dieu.


Dans notre spiritualité

L’importance de l’oraison, de la méditation de la Parole de Dieu, comme Jean qui « ruminait » les psaumes au désert.

Affinons, aiguisons, amplifions notre désir de Dieu, notre attente de sa Lumière dans notre vie.

Renouvelons notre fidélité à la dizaine de « je vous salue Marie… » chaque jour de l’Avent et à la prière « Mon Père, je m’abandonne à toi ».


Témoignage

Faîtes-nous part de votre témoignage vis-à-vis de l’attente, de l’expérience de l’Espérance au milieu du désert.


Un geste à poser…

Tous ceux de l’Avent, avec ou sans les enfants : la couronne de l’Avent, le calendrier de l’Avent, installer la crèche un petit peu chaque jour.

Et aussi, pourquoi ne pas allumer une bougie à sa fenêtre chaque soir, comme si l’Avent était un long 8 décembre, en union avec la Vierge Marie ?